Le fil rouge

Dans mon idée, chacun de ces petites boules de cotons sont des mini-cerveaux constitués de fil, les fils de la pensée.
On pourrait dire que l’ensemble de ces boules de coton constituent le cerveau.
Dans ce labyrinthe de la pensée, mon fil rouge se fraye un chemin pour suivre la trace de la pensée et, peut-être emmètre une idée.
J’ai choisi le noir et le blanc pour me situer aux deux extrémités de nos états d’âme.
Le blanc pour les idées claires, le noir pour les idées sombres.
Le fil rouge, c’est celui que l’on suit, et qu’il ne faut pas perdre.
Sous peine de perdre ses idées et peut-être la raison.